En bateau, en auto, à dos d'animaux: notre voyage en Afrique
Qui suis-je ?

Traverser un bout d'Afrique, on en a rêvé. Nous avons 6 mois de janvier à juillet 2008 pour parcourir la partie ouest du continent, tracer un itinéraire au gré de nos rencontres. Pour avancer, nous utilisons des moyens de transport divers et variés... Récits d'un baroudage haut en couleur.

Derniers articles
Menu
Où suis-je actuellement ?



Rubriques
    Mes amis
      Liens

        Billet 17 sur 29
        Page précédente | Page suivante

        Le chant des griottes

         

        Le dimanche à Bamako c’est le jour de mariage, mais à Kayes c’est le jeudi. C’est ainsi que Ule-ule, celle qui rit sous la canicule – et qui nous supporte depuis quelques jours – nous a fait inviter au mariage de son collègue qui épouse en ce jeudi ensoleillé sa 4 éme et donc dernière femme. En effet, étant un bon musulman et ayant coché la case polygamie lors de son premier mariage civil, Cheik (c’est le nom du marié) est autorisé tant par la loi que par la religion à prendre 4 femmes. Evidemment il est tenu de bien s’occuper des 4 et de les aimer toutes pareil.

        .

         

          Le jeune marié et ses quatre épouses

                                        .

        .

        .

        .

        .

        Bref nous voilà vêtus de nos plus beaux atours et chevauchant une magnifique mobylette, suivant le cortège qui accompagne les jeunes mariés – bon, la mariée est jeune c’est un fait – dans l’une des nombreuses maisons où nous nous rendrons au cours de la journée.

         

        Nous arrivons donc chez un parent d’un des époux, difficile de savoir vraiment quel est le lien de parenté. Soudain, plusieurs femmes parmi les belles apprêtées présentes se mettent à chanter. C’est plus ou moins mélodieux mais il faut reconnaître que la réputation des femmes maliennes en matière de chant n’est pas déméritée. Et puis tout d’un coup, tout le monde se met à leur donner des gros billets de 10000 CFA (100 francs français quand même). Stupéfaits de voir passer sous nos yeux plusieurs mois de salaires, nous nous enquerrons des raisons de cette curieuse manière…

        .

          

        L’explication est simple : les griottes (femmes appartenant à une ethnie de musiciens) chantent les louanges des invités et de leurs familles et s’en voient très naturellement rémunérées. Comme quoi dans un pays où selon les dire de tous « y’a pas de l’argent », le sens des priorités reste un grand mystère.

         

        Il n’empêche que cette journée aura été très sympathique et colorée, agrémentée de mets et boissons délicieux. Le jeudi à Kayes il fait bon être de mariage.

         

        (Spécial thanks à Dam Amichaud, ex co-brousse, pour la blague de la canicule)

         


        Publié à 06:22, le 21/02/2008, Kayes
        Mots clefs :

        Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article