En bateau, en auto, à dos d'animaux: notre voyage en Afrique
Qui suis-je ?

Traverser un bout d'Afrique, on en a rêvé. Nous avons 6 mois de janvier à juillet 2008 pour parcourir la partie ouest du continent, tracer un itinéraire au gré de nos rencontres. Pour avancer, nous utilisons des moyens de transport divers et variés... Récits d'un baroudage haut en couleur.

Derniers articles
Menu
Où suis-je actuellement ?



Rubriques
    Mes amis
      Liens

        Billet 16 sur 29
        Page précédente | Page suivante

        Accroche ta culotte, c'est soeur Angèle qui pilote

         

        Bamako, c'est bien. Ca fait joli dans les chansons, un peu de rêve en lettre mais dans les faits, c'est un grand nuage de poussière souligné d'un bon concert de klaxon. Et donc nous avons fui.

        Pas loin certes, 15 km suffisent pour trouver à Kati un petit coin sympathique où poser les sacs. Et c'est chez les curés que la route s'arrête. Une mission comme on peut l'imaginer, calée entre l'école et le dispensaire. A la récré le bureau du père Lionel se remplit de gosses et les cloches de l'églises tentent de se faire une place entre les appels à la mosquée.

        Au détour d'une ruelle, on nous dirige vers la maison des soeurs Italiennes et nous faisons connaissance de soeur Angèle. Véritable concentré de bonté et d'énergie, cette femme - africaine depuis une dizaine d'année - nous invite à l'accompagner en brousse pour une causerie (comprenez dialogue éducatif) avec les villageois sur le thème : hygiène. Tout un programme... C'est ainsi que le lendemain, le 4*4 de notre petite bonne soeur nous emmène à un rythme effréné sur nos premières pistes malienne.

        En compagnie des 2 jeunes médecins maliens qui complètent l'équipage, nous découvrons la qualité du travail qui est fait et l'ampleur du travail qui reste à faire. A la causerie succède une distribution de médicaments. Gouttes d'eau dans l'océan de sous développement sanitaire qui semble nous entourer dans cette brousse, mais tellement d'espoir de croire qu'un jour, grâce au travail de ces gens, les enfants ne traîneront plus dans la poussière et les mamans n'allaiteront plus au mépris de leur propre santé.

        Nous voulons en tout cas tirer un grand coup de chapeau à tous ces gens d'église qui donnent tout leur temps à tous le monde - y compris au 95 % de musulmans qui composent la population - et qui nous ont ouvert leur porte sans poser de question.

        "L'homme est un grand arbre sous lequel le voyageur peut trouver de l'ombre." Proverbe malien.


        Publié à 03:51, le 29/02/2008, Bamako
        Mots clefs :

        Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article

        on est à Purton
        Commentaire publié par bertille, à 03:51, le 29/02/2008

        hello!nous sommes en Angleterre à Purton(c'est un petit quoin un peu perdu!)nous sommes à une heure de Londres et une heure de Oxford et une autre de Bath!!!!!!bisous anglais de ta fillote!

        Lien permanent

        Commentaire sans titre
        Commentaire publié par Anonymous, à 03:51, le 29/02/2008

        alors il est sympa le curé de montpellier !!! il est plein de ressources ???
        Où êtes vous maintenant, nous on est toujours rue des azalées...et nous avons la chance de passer la semaine avec mademoiselle Alix !!! elle vous embrasse trés trés fort!!!!

        Lien permanent

        Commentaire sans titre
        Commentaire publié par lety, à 03:51, le 29/02/2008

        je suis fan de vos photos!!,la chance du voyageur est avec vous ,et vos regards sur cette route avec nous c est parfait.....on pense a vous tres fort,enjoy your love....je pourrais eventuellement vous faire partager qqs fotos amazing des antiquites de voitures qui roulent ici....le reste, c est quartier cote ouest en milieu urbain un petit trop 'americain' pour moi....patience patience.....bisous!

        Lien permanent

        j'arrive...
        Commentaire publié par michael, à 03:51, le 29/02/2008

        salut tous les deux,
        vos photos, écrits et rencontres donnent envie de vous accompagner chez le curé, dans le désert ou dans le train de l'angoisse... profitez nobles voyageurs...

        Lien permanent