En bateau, en auto, à dos d'animaux: notre voyage en Afrique
Qui suis-je ?

Traverser un bout d'Afrique, on en a rêvé. Nous avons 6 mois de janvier à juillet 2008 pour parcourir la partie ouest du continent, tracer un itinéraire au gré de nos rencontres. Pour avancer, nous utilisons des moyens de transport divers et variés... Récits d'un baroudage haut en couleur.

Derniers articles
Menu
Où suis-je actuellement ?



Rubriques
    Mes amis
      Liens

        Billet 15 sur 29
        Page précédente | Page suivante

        Des hippies et des hippos


        Quittant Kati conquis mais curieux de connaître la suite, nous fixons comme nouvel objectif d’atteindre Tombouctou, ville mythique s’il en est. Il faut savoir que Tombouctou, c’est loin de tout. Quelques bus et taxis brousses plus tard, nous avons passé Bamako, Ségou, Djenné et Mopti, récupéré au passage de nouveaux compagnons de voyage et nous approchons de notre objectif : le fleuve Niger est devant nous. De l’autre côté le mystère du désert s’ouvre à nous.

         


         

        Elia et Christian, Parisiens du marais, voyageurs, journalistes et accessoirement anciens hippies ont flashé sur Tombouctou et s’y sont installés. Ils y ont ouvert une auberge et c’est sur leur toit que nous nous installons (en ce moment on aime bien les toits, il y fait frais la nuit et on dort sous les étoiles).

         


         

        Nos hippies du désert se sont pris de sympathie pour la cause touareg. Dans les années 90, ce peuple de nomade a lutté fièrement contre les politiques de sédentarisation menées par les différents gouvernements de la zone saharienne. Un combat pour la liberté, de quoi plaire à nos hôtes… et à Mr Monod que nous lisons avec plaisir dans la douceur des couchers de soleil sur les dunes.

         


         

        Quitter Tombouctou n’est pas plus simple que d’y venir. Avec nos nouveaux amis Claire (Paris), Gautier (Paris), Lotte (Utrecht, hollande) et Rishie (Utrecht, Holland), nous optons pour la vois fluviale. Au fil de l’eau et des villages perdus, les discussions vont bon train mais peinent à rivaliser avec les siestes sur le toit de la pinasse. Chaque soir au crépuscule nous dressons les tentes et entamons la séance d’histoire autour du feu avec nos pinassiers.

         

         

         

         

        Nous découvrons que le bruit que fait un hippopotame quand il vient paître la nuit près de nos tentes est un mélange de chien, de vache et d’âne. De jour on les aperçoit de loin, réfugiés qu’ils sont dans la fraîcheur du fleuve. Celui-ci nous ramène peu à peu vers la « civilisation ». Retour sur le goudron, la route nous attend toujours.

         

        Publié à 04:32, le 12/03/2008, Tombouctou
        Mots clefs :

        Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article

        Commentaire sans titre
        Commentaire publié par papouet maman, à 04:32, le 12/03/2008

        mais si je te mets des commentaires, mais vous n'alimentez pas trés souvent nos écrans... Pourtant nous sommes impatients de découvrir les merveilles qui remplissent les yeux et vos souvenirs et sommes trés contents de voir vos avis sur ce pays si lointain...
        Les photos sont vraiment belles et vous avez toujours votre appareil oh miracle !!!
        Par contre vous ne racontez pas trop de péripéties et cela ne doit pas manquer vous connaissant ou au moins te connaissant mon chéri !!!!!!!!!!!!!

        A demain

        Bonne nuit on vous embrasse trés fort et vous souhaite des bonnes fêtes de Pâques

        papa et maman

        Lien permanent

        re : rappel à l'ordre !
        Commentaire publié par Marjo, à 04:32, le 12/03/2008

        Salut les cocos !

        Merci de nous rappeler à l'ordre ! C'est vrai qu'on se laisse facilement engluer par les 1000 et 1 activités qu'on a à accomplir dans notre journée et bien que pour ma part, je dévore régulièrement vos écrits, je n'ai pas encore pris le temps de vous écrire quelques mots.
        Les premiers d'entre eux seront bien entendu : JOYEUX ANNIVERSAIRE SOPHIE ! Quel rêve de souffler ses 16 bougies en pleine Afrique !!! Est-ce purement européen de fêter les anniversaires, ou les africains, souvent plus festifs que nous me semble-t-il, organisent eux aussi une grande fiesta pour l'occasion ?
        Si tel est le cas, nous, les internautes, transférons tous pouvoirs à Chug pour organiser une chouille légendaire pour célébrer la belle Sophie !

        La suite du mail en catimini par mail ce wd…
        Vous embrasse !
        Marjo

        Lien permanent